Historique de la municipalité

* Extrait du livre du centenaire de Notre-Dame-de-Ham 1898-1998

La municipalité de Notre-Dame-de-Lourdes de Ham est située en plein domaine appalachien. Vers 1805, Joseph Bouchette arpente ce territoire qu’on appelait alors «Eastern Townships». A propos du canton de Ham-Nord, situé entre les cantons Wotton, Wolfestown, Tingwick, Chester et Weedon, il écrit « ...Le contour entier de ce township a été tracé, et la moitié en a été accordée à plusieurs individus. La terre y est d’une qualité telle qu’elle peut être mise en culture avec beaucoup de succès, et elle peut produire du froment et toutes les autres espèces de grain naturel pays... Ce township est arrosé par une partie de la Rivière Nicolet... ».

La proclamation du canton Ham-Nord et les premières concessions datent du 29 juillet 1807. À cette époque l’arpentage est terminé et le canton, de forme régulière, comprend onze rangs de vingt-huit lots chacun.

En 1849, malgré les communications toujours difficiles, quelques Irlandais parviennent à s’établir dans le canton Wolfestown comme dans Chester quinze ans auparavant. On compte aussi quelques Canadiens français. Les premiers à s’installer dans le canton Ham-Nord le font avant 1850. Vers 1860, on ouvre le chemin Saint-Philippe dans le canton Chester et qui relie le chemin Craig au chemin Gosford, près du lac Nicolet.

Vers la même époque, on voit les origines des Saints-Anges-de-Ham-Nord avec l’établissement des premiers colons. Une partie du territoire de Ham-Nord constituera celui de Notre-Dame-de-Ham sur le 23 du rang 1, où s’installeront des familles Côté, Prince et Toupin. En 1855, Pierre Prince construit un moulin à farine sur la rivière Nicolet, près du pont actuel au village de Notre-Dame-de-Ham. L’endroit était désigné sous le nom de « L’Espérance ». Le 16 janvier 1893, Joseph Fecteau demande à Mgr Antoine Racine l’autorisation de construire une chapelle à Fecteau’s Mills. (Fecteau’s Mills est le nom qu’on donnait à l’agglomération qui s’était développée auprès du moulin à scie d’Arthur Fecteau sur le site du village de Notre-Dame-de-Ham).

Notre-Dame-de-Ham moulin
Pont du rang 1, moulin à scie à gauche et boutique d'Amédée Trottier à droite.

Le 9 janvier 1898, Mgr Chalifoux signe le décret d’érection de la mission Fecteau’s Mills. Le 29 septembre 1898, Mgr LaRocque signe le décret d’érection canonique de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes-de-Ham, comprenant les lots numéros 15 à 28 des rangs 1 et 2 du canton Ham-Nord, ainsi que les lots numéros 1 à 5 des rangs 10 et 11 du canton Wolfestown. À cette époque, les démarches sont entreprises afin d’ériger le territoire en municipalité. Les habitants s’adressent à l’évêque de Sherbrooke pour demander l’érection civile de la paroisse.
À partir du 14 novembre 1898, Notre-Dame-de-Lourdes-de-Ham devient ainsi une municipalité. Pendant environ 5 ans, au début des années 1960, on retrouve le nom de Massabielle pour désigner la municipalité. Depuis le 25 mai 1996 le changement de nom de la municipalité pour Notre-Dame-de-Ham, est en vigueur.

De nos jours, les Notre-D’Hamois et Notre-D’Hamoise sont au nombre de 438 résidents répartis dans environ 200 familles, sur un territoire de 32,34 km carrés. Nous avons une hausse constante de la population depuis les années 1990. Les personnes de 24 à 64 ans sont de plus en plus nombreuses. Depuis quelques années, il y a beaucoup de nouveaux résidents, en particulier des retraités des grands centres et des jeunes couples. Selon l’étude menée par le CLD en 2009, dans le cadre de l’élaboration du Plan de développement municipal, en 2006, 73% des gens habitent dans la municipalité depuis au moins 5 ans.

En 2010, la municipalité est en pleine restructuration et a plusieurs projets. Certaines priorités ont été retenues lors de consultations publiques, où la population de Notre-Dame-de-Ham a démontré sa préoccupation face à l’avenir de leur municipalité. Le conseil municipal a des objectifs d’envergure pour revitaliser et encourager le développement, tant au point de vue résidentiel que commercial, pour le bien-être et les besoins des familles.

Le site de la rivière Nicolet est en évolution depuis quelques années, avec son parcours de pêche. Nous accueillons également des vacanciers, la municipalité ayant de beaux paysages à offrir et la tranquillité de nos vertes campagnes. Quelques producteurs enrichissent les secteurs agricoles, de même que nos forêts. Une valorisation importante de la zone verte permettra l’implantation de nouvelles résidences, donc une certaine forme d’occupation du territoire réaliste pour ces secteurs et tenant compte du potentiel et des caractéristiques du milieu, en concordance avec la vision des municipalités de la MRC d’Arthabaska.

L’octroi de subventions, tant des différents paliers gouvernementaux que de la MRC avec le Pacte rural, permettra de concrétiser quelques dossiers, comme l’achat d’un camion auto-pompe pour le service incendie, le service internet en milieu rural, l’aménagement des terrains municipaux comme le terrain de jeux et la grotte, et un projet de coopérative également, regroupant plusieurs services essentiels et permettant à nos producteurs locaux de se faire connaître et créant un sentiment d’appartenance à une belle collectivité.

Des lieux de garde en milieu familial facilitent la venue de jeunes familles, des bâtiments communautaires rénovés permettent la tenue d’activités de tous genres. Différents organismes à but non lucratif et des bénévoles agrémentent nos loisirs et activités. Les différents services municipaux communs aux autres municipalités et l’intérêt des membres du conseil municipal à améliorer nos acquis font de notre petite municipalité un lieu agréable à vivre.
copyright © 2017 - Municipalité de Notre-Dame-de-Ham
- confidentialité et données - Conception du site par Solutions zen média -